Ma Muse

Ma Muse - Urania

Muse musaraigne
Muse muse musette ?
Muse amusée ?
Muse muselée ?
Muse musicale
Musique ?
Tiens, à mon oreille tu siffles quelque chose
Viens-tu toquer à ma porte ?
Bonjour belle muse
Mais qui es-tu ?
Ah ! Tu es ma muse...
Tu es ravissante, drapée dans ta longue robe bleutée
Tes cheveux bruns longs flottants aux quatre vents
Tes grands yeux tout curieux et souriants.
Mais au fait, à quoi ça sert d’avoir une muse ?
A m’inspirer ? A me faire découvrir mon pouvoir créatif ?
Pourquoi moi ?
Hein ? Tout le monde a une muse ??? je ne te crois pas.
Tout le monde a une muse
Mais tout le monde ne le sait pas
Et tout le monde ne l’appelle pas.
Mais je ne t’ai pas appelée pourtant,
Oui d’accord je chantonnais...
Muse musaraigne
Muse musicale...
Et je t’ai entendu toquer à mon oreille
C’est quand même bien étrange tout cela...
Oh ! j’ai un blanc... je ne sais plus quoi écrire
Que je continue à écrire « muse » et tu vas m’aider ?
Ok, muse.. muse.. muse...
Ecoute ton coeur muselé
Qui veut s’épanouir au grand jour
Muse amour, muse mutation
Whaaa tu me fais écrire des choses bizarres...
Ah bon ? Elles sont en moi…
Tu ne fais que m’aider à les exprimer ?
Mais, d’où viens-tu belle muse qui m’amuse ?
Je te devine au milieu de vastes espaces désertiques,
Cheminant les immenses plateaux tibétains et
Les chaudes dunes de sable saharien,
Tu m’y attends, n’est-ce pas ?
Je sais que je dois me rendre quelque part, je suis en chemin.
De quel temps es-tu ?
D’aucun ? De tous ? Tu es là, c’est tout.
Mais tu n’es pas là que pour moi, tu dois travailler pour d’autres personnes?
Tu es partout à la fois... et ici même dans mon coeur...
Tu me relies au grand tout, je ne suis pas isolée
Je suis un peu de cet oiseau qui chante
De ce vent qui mugit
De cette eau qui ruisselle
De cette personne qui pleure
Et de cette autre là qui se réjouit.
Je suis une particule de ce vaste ça
Et toi ma muse, tu es là pour que j’en prenne conscience
Que je me relie à cette Source
Qui est à la fois ici, en moi,
Ailleurs, partout
La Source Divine
Et si je peux t’écouter,
C’est que j’y suis reliée
Et je peux enfin ÊTRE
Et faire ce pourquoi je suis ici.
Dans la joie, nous jouons ensemble
Je peins, j’écris
Je créé ma vie
Je joue à vivre qui je suis
Et tu es là, mon
Âme-muse !

© C. Moreau

Texte écrit d'un seul jet, avril 2018

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :